Malaurie est une bonne pute blondasse et obèse, le genre de truie qu’on aime avoir sous la main. Stéphane fait appel à ses gros nichons de temps en temps, et il veut partager son plan cul avec papy voyeur qui va la baiser jusqu’à lui faire juter le trou du cul. Une pure vidéo hard !


btn_yellow
Stéphane est un pervers, tout comme papy, et il enchaîne les plans culs comme un fumeur enchaîne les clopes. Pour se faire un petit plaisir, il s’est commandé une escort à gros seins vulgaire du nom de Malaurie pour se décharger les couilles. Cette grosse dinde est la pute idéale pour se livrer à un plan crado et bien salace. Elle débarque donc chez lui en pensant se prendre la matraque de Stéphane, comme d’habitude, mais cette fois, son vieux pote est de la partie. Le salaud n’a pas fourré un trou depuis des jours et il compte bien sur la gentillesse de la catin pour se purger les burnes convenablement. Malaurie est un peu réticente à se faire valdinguer par un mec si vieux et aussi moche mais sa chatte crie famine. Quand on est une pute, il faut savoir faire disparaître ses préjugés. Papy déballe alors les gros nichons de la blondasse avec l’aide de son acolyte qui commence déjà à lui sucer le bout des rustines. Ses obus sont tout simplement énormes, de la vraie charcuterie à bouffer sans modération ! Mais papy ne veut pas en rester là, et il fait vite comprendre à sa truie du jour qu’elle va devoir écarter les jambonneaux au maximum. Malaurie s’exécute sans rechigner et ses parties intimes crachent déjà des litrons de mouille. Stéphane est monté comme un gladiateur : c’est lui qui va s’occuper de dilater la tanche en premier. Il enfonce son glaive énorme dans cette masse graisseuse et se fait plaisir en l’insultant. Papy prend le relais, mais il faut dire qu’il nage un peu… La grosse est humide comme une flaque et ça clapote sévèrement. Il se fout donc dans son cul en espérant frôler convenablement les parois. Son fion se contracte et recrache un jus à base de merde et de transpiration. Les deux finissent par se soulager les bourses, pas mécontents d’avoir pu partager un moment entre potes !